Les combinaisons du Poker

Le Poker se joue de manières très différentes, variant les règles et le nombre de cartes. Expliquons d’abord le jeu le plus simple et le plus classique en France, sur lequel s’articulent tous les autres.

Joueurs : 3 à 6
Cartes : 32 à 52
Ordre : As, Roi, Dame, Valet, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2
Principe : Parier sur la richesse des combinaisons contenues dans sa main.

Les combinaisons pouvant figurer dans une main de 5 cartes sont, par valeurs décroissantes pour un jeu de 52 cartes :

Quinte Flush : 5 cartes de même couleur et dont les rangs se suivent (Par Exemple : 8, 9, 10, Valet et Dame de Trèfle). L’as peut être la plus grande ou la plus petite carte d’une quinte : As, 2, 3, 4, 5 de Cœur est acceptable. Lorsque plusieurs joueurs opposent chacun une Quinte Flush, la plus élevée l’emporte. Celle dont la carte la plus forte est un As est une quinte Royale.

Carré (Poker) : 4 cartes de même rang (Par Exemple : les 4 Dames).

Flush (Couleur) : 5 cartes d’une même couleur, dont les rangs ne se suivent pas tous (Par Exemple : 3, 8,9,Valet, As de Carreau).

Full : A la fois un brelan (3 cartes de même rang) et une Paire (2 cartes de même rang). Lorsque plusieurs joueurs opposent chacun un Full, celui dont le Brelan a le rang le plus élevé l’emporte.>

Brelan : 3 cartes de même rang.

Séquence, Suite ou Quinte : 5 cartes dont les rangs se suivent, quelles que soient les couleurs. L’As peut être comme en Quinte Flush, la plus forte ou la plus faible carte.

Deux Paires : 2 couples de cartes de même rang. Si deux joueurs s’opposent avec de telles mains, la paire de rang la plus élevée gagne.

Paire : un couple de cartes de même rang.

Avant d’entamer la partie, les joueurs conviennent des limites des enjeux. Ils choisissent une limite inférieure et une limite supérieure, par exemple entre 20 centimes et 1 Euro.

Limite des enjeux : Plusieurs conventions sont possibles :

  1. – Au tapis : Au début de la partie, chaque joueur a transformé en jetons une somme minimum. Pour un coup donné, un joueur ne peut miser plus et ne peut être tenu de miser plus qu’il ne possède de jetons sur la table. S’il doit verser plus pour suivre ou voir sec (demander à voir les jeux pour comparaison), il ne verse que son “tapis”
    les sommes versées par les autres joueurs et correspondant à la somme qu’il n’a pas pu verser vont à un pot supplémentaire provisoire et ce jusqu’à la fin du coup. Si, dans ces conditions, le joueur est vainqueur du coup, il s’approprie le premier pot et continue à jouer en changeant éventuellement de nouveaux jetons.
    Le pot supplémentaire va au joueur possédant la meilleure main du reste.
    Si le joueur perd, il est éliminé de la partie à moins de se “recaver” (Transformer en jetons la même somme qu’en début de partie).
    Un joueur voyant son tapis baisser a la possibilité de se “recaver” en changeant de nouveaux jetons entre 2 coups.
  2. – Le pot est la limite : Un joueur peut miser ou relancer d’une somme au plus égale au pot à l’instant donné (convention très dangereuse).
  3. – Le Jack-Pot : Lorsque tous les joueurs on passé après la distribution et que le pot a été transmis au coup suivant, la mise d’ouverture est, au gré de l’ouvreur, inférieure ou égale au pot. Cette mise constitue une limite supérieure pour le reste du coup.
  4. – Sans limite : Chaque joueur mise et relance des sommes aussi élevées qu’il le désire. (convention très dangereuse)

Un coup de Poker se déroule en quatre temps distincts :

  1. – Au choix des joueurs :
    * Soit versement de mises initiales pour constituer le pot et distribution des cartes ;
    * Soit distribution des cartes et blind
  2. – Paris sur les richesses et les promesses des 5 cartes reçues ;
  3. – Écart des cartes inutiles et distribution de cartes complémentaires ;
  4. – Paris sur les 5 cartes définitives jusqu’à :
    * Soit l’abandon de tous les joueurs sauf un ;
    * Soit la comparaison des mains de plusieurs joueurs.

Versement de mises initiales pour constituer le pot et distribution des cartes.

Chaque joueur donne à son tour. Au début de chaque coup, avant la distribution, chaque joueur verse au pot, au centre de la table, l’enjeu minimum. Après avoir fait couper les cartes de son voisin de droite, le donneur distribue 5 cartes à chacun, dans le sens des aiguilles d’une montre, une par une. Le reste des cartes est posé faces cachées et constitue le talon.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *